Contrebasse Tribute n° 16

Contrebasse Tribute n° 16

Petit feuilleton amoureux sur la création d’une contrebasse.

Épisode 16, le 16 juillet 2016 : Âme & sillet (tube célèbre) avec la participation de Jeanne Corpataux-Blache.

PointeAmeL’âme est un petite pièce cylindrique d’épicéa placée à l’intérieur de la caisse perpendiculairement entre la table et le fond. Elle n’est pas collée et tient par la seule pression de la table, qui est en fait celle du chevalet, donc des cordes. On comprend aisément que c’est elle qui met en phase tout l’instrument. Non qu’une absence d’âme aurait pour conséquence une absence de son, bien au contraire! Mais sans elle, la caisse sonnerait comme une cathédrale: un son omniprésent mais dispersé, un brouhaha de hall de gare. Elle est présente dans tous les instruments du quatuor mais aussi chez les vielles à roues ou les cithares, par exemple. Par contre, elle n’existe pas pour la guitare électrique qui utilise des capteurs pour transformer la vibration de la corde en son. Essayez donc de faire sonner une Stratocaster sans ampli.

TrouComme nous l’avons vu précédemment -voir épisode N°10 – l’âme n’est pas positionnée directement sous le pied aigu du chevalet, mais en léger décalé. Pour ce faire, le luthier utilise une pointe aux âmes, fine tige métallique dont l’une des extrémités pointues permet de piquer l’âme. Il l’introduit ensuite par l’une des ouïes et vient la coincer entre le fond et la table. L’autre extrémité de l’outil est en crochet et lui permet de pousser ou tirer délicatement le morceau de bois pour le positionner avec précision. Il peut s’aider d’un petit miroir – comme celui d’un dentiste – pour voir l’opération par l’autre ouïe. Mais pour une contrebasse, le plus simple est de centrer le trou de la pique, en fond de caisse. On peut alors conduire son geste en direct dans des conditions plus confortables. La position de l’âme a un effet très important sur l’instrument, modifiant la puissance du son, sa tessiture, son timbre, etc. Il s’agit donc d’un réglage très minutieux ou chaque demi-millimètre a son importance.

MecanismesLes mécanismes recevant les cordes sont fixés dans la tête. Pour une contrebasse, des chevilles simples seraient insuffisantes pour tenir la tension énorme des cordes. On équipe donc l’instrument de clés à démultiplicateur. De l’autre côté, au pied, le cordier est accroché sur la pique et reçoit les olives des cordes. A chaque extrémité- à la tête et au pied, on fixe les sillets, petites pièces d’ébène qui protègent la caisse et le manche de la pression et du frottement. Normalement, ces pièces – tout comme la touche – sont collées après vernis. Mais nous voulions pouvoir faire jouer cette contrebasse pendant le festival. Le vernissage pouvant prendre plusieurs jours, nous l’avons donc montée à blanc (sans vernis) et lui avons collé ces pièces d’ébène. Le vernissage demandera juste un peu plus d’attention.

Sillet

 

Voir le blog d’AltiCelli

 

La contrebassiste du jour.

Jeanne CORPATAUX-BLACHE

Jeanne Corpataux-Blache commence l’apprentissage de la contrebasse dès l’âge de 11 ans. Elle poursuit ses études en musique à Montréal où elle étudie avec Ali Yazdanfar à l’Université Mcgill. Tout en étant membre du Simon Denizart Trio, elle se produit avec l’Orchestre Symphonique de Montréal et l’Orchestre du Centre National des Arts du Canada.

Sa contrebasse:

Ma contrebasse est une allemande de marque Pöllmann, fabriquée en 1973. Une extension a été ajoutée par un super luthier de Montréal: Mario Lamarre. Elle a une grande valeur sentimentale pour moi puisque je l’ai achetée lors de ma première année d’université il y a 4 ans. 

En bonus…

Lors de mon passage à Vienne,  j’ai eu la chance d’essayer une contrebasse faite par d’Élie S. Hoffmann. Un instrument dont la caisse de résonance est plus courte mais plus large pour avoir un son comparable à un instrument traditionnel. J’ai été agréablement surprise du résultat. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à pouvoir produire un si beau et gros son, surtout à l’archet! En plus d’avoir plusieurs qualités sonores, l’instrument est magnifique. Les différents tons de couleur du bois m’ont charmée.

Ses contrebassistes préférés:

Ali Yazdanfar, Joel Quarrington, Avishai Cohen, Rinat Ibragimov

Pour l’écouter: